Jorge Campos, Jean-Marc Montera et Ahmad Compaoré en résidence

Du 12 au 15 septembre

Pour cette première édition, le « Chili en septembre » accueillera le bassiste et compositeur chilien très connu, M. Jorge Campos, qui mènera une résidence créative avec les artistes français Jean-Marc Montera et Ahmad Compaoré, renommés également, pour jeter les bases des futures collaborations en musique et production artistique entre la France et le Chili.

 

Résidence artistique de création expérimentale musicale non ouverte au public. Concert de sortie de résidence le jeudi 15 septembre au club de jazz LE JAM à 20h30.

 

Jorge Campos (1957 Santiago du Chili) est considéré comme l’un des plus importants bassistes de  jazz fusion au Chili et en Amérique latine. Tout en menant sa carrière surtout comme soliste de jazz rock, il participe de plusieurs groupes chiliens emblématiques, comme Congreso, Fulano et Santiago del Nuevo Extremo.

D’abord influencé par le hard rock puis par la musique inspirée du folklore, il entame une exploration de la musique populaire à la fin des années 70.

Ce processus l’amènera à devenir une référence en la matière, tout d’abord avec le groupe Santiago del Nuevo Extremo de 1979 à 1986, puis avec le sextet Fulano de 1984 à 2003, où il développe son côté instrumentiste expérimental et compositeur de chansons, comme « Sentimental blues » (blues sentimental), « Lamentos » (lamentations) ou « Basura » (ordures). Il fait partie du groupe Congreso de 1986 à 2006, avec lequel il gagne beaucoup de prestige et est reconnu comme l’un des bassistes les plus importants d’Amérique latine. Sa maîtrise technique et son langage propre à la fusion d’avant-garde confirme sa place d’instrumentiste essentiel de la scène chilienne de ces deux dernières décennies.

Sa carrière de compositeur et de soliste s’est inspirée de plusieurs sources, que ce soit le rock, le jazz, la fusion latino-américaine ou la musique expérimentale. Il a sorti huit disques seul, qui viennent s’ajouter à ceux qu’il a enregistrés en tant qu’instrumentiste des groupes Fulano et Congreso. Dans les années 90, il conçoit sa basse Infinity avec des microphones piézoélectriques, placés dans la nut de la basse et permettant d’amplifier les micro-tons, écrit des musiques et compose son album NU BASS. Il est reconnu comme un maître de son instrument et dans les études de sons et leurs limites.

Jorge Campos a donné des cours et des « music clinics » dans des écoles internationales prestigieuses, comme la Berkeley School of Jazz, l’Université de l’Illinois à Chicago, l’université Humboldt en Californie, le Madison Area Technical College, l’Université de Strasbourg, l’Expo de Séville, l’Expo de Lisbonne, le New York Festival, Queens, l’Electroshow de Buenos Aires, ainsi qu’à Mexico et à Barcelone.

Il est actuellement approbateur international de la marque Warwick pour les basses et les amplificateurs, pour les cordes Rotosound et les processeurs Line 6. Ses disques sont distribués en Europe et au Mexique. Sa dernière œuvre est l’album double NU-BASS, sorti en décembre 2014.

Jean-Marc Montera (France) : guitares

Guitariste issu du rock, Jean-Marc Montera s’intéresse rapidement aux musiques improvisées et expérimentales. Musicien marseillais, il multiplie les collaborations et complicités avec des musiciens de tous les horizons, lui permettant d’effacer les contraintes stylistiques et autres barrières imaginaires.

Il se produit dans les groupes AMP (avec Jean-François Pauvros et Noel Akchoté), Bad Boys (Daan Vandewalle, Christ Cutler, Arne Deforce), The Room (avec Sophie Gonthier), The Invisible Ensemble (avec Famoudou Don Moyé de l’Art Ensemble of Chicago) et a également fondé l’Ensemble d’Improvisateurs Européens autour d’Hans Koch, Thomas Lehn, Hélène Breschand, Dan Vandewalle, Lelio Giannetto, Chris Cutler et Taavi Kerikmaé. Il a collaboré avec Fred Frith, André Jaume, Barre Phillips, Pascal Contet, Gérard Siracusa, Floros Floridis, Paul Lovens, Thruston Moore, Lee Ranaldo, Louis Sclavis, Michel Doneda, Carlos Zingaro, Ahmad Compaore, Pauline Oliveros, Christian Wolff ou encore Patti Smith et Sonic Youth.

Jean-Marc Montera est également le cofondateur du GRIM (groupe de recherche et d’improvisation musicales) depuis sa création en 1978 ainsi que codirecteur (avec Hubert Colas) de montévidéo, centre de création contemporaine à Marseille depuis 1999.

Ahmad Compaoré (France) : batterie

Batteur percussioniste compositeur et improvisateur rare, Ahmad Compaoré est un musicien en liberté. Des pieds, des poings, des mains, il frappe, fouette et caresse le cuivre des cymbales, les peaux de sa batterie.

Égyptien par sa mère, Burkinabé par son père, il s’est construit un parcours à l’image de sa propre histoire, bâtie sur la rencontre entre les cultures, avec des musiciens qui l’ont aidé à se forger un destin hors du commun.

Il collabore avec des musiciens tels que Fred Frith, Marc Ribot, Jamaaladeen Tacuma, Barre Phillips, Camel Zekri, Otomo Yoshihide et Louis Sclavis. Mais cette richesse de rencontres ne se limite pas à la seule création musicale, puisqu’il colabore entre autres avec la chorégraphe et danseuse égyptienne Karima Mansour.

Il enseigne aussi la batterie et les percussions contemporaines au studio La Boîte à Musique, son lieu de résidence à la Friche Belle de Mai à Marseille.

 

Une coproduction ArtChili, Grim et El Templo Rekords.

Lieu
LA BOITE A MUSIQUE / studio musical de Ahmad Compaoré (Friche la Belle de Mai)

 

 

logo-dark logoGri